Audiovisuel

Oct 18, 2021, 3:40
"Investir et grandir, malgré le corona"

"Investir et grandir, malgré le corona"

05 août 2021

Au cours de l’année, de nombreux fournisseurs événementiels ont été contraints de ronger leur frein. Ce ne fut pas le cas de PFL Group de Beerse. La société a vu son concept pour événements virtuels Multihub connaître un véritable boom, a repris le site événementiel WIMEC et a commencé à écrire un nouveau chapitre à international avec PFL-iberia. Dominic De Gruyter, CEO, revient pour nous sur cette année mouvementée, mais néanmoins réussie.

"Pour nous aussi, le corona a été un coup dur", déclare Dominic De Gruyter. "Surtout au début, lorsque le secteur événementiel a été confiné et que nous avons vu en un rien de temps des commandes pour 1,6 million d'euros disparaître de notre agenda. Notre équipe allait se retrouver au chômage technique. Avec la direction, nous avons commencé à examiner les possibilités restantes et les besoins de nos clients dans ces nouvelles circonstances."

Multihub

Il s'est avéré que PFL possédait déjà la réponse à cette dernière question en interne. "En fait, nous pouvons déjà nous appuyer sur deux décennies d'expérience dans l’organisation d'événements virtuels et hybrides. Le concept Multihub de notre filiale Abbit, par exemple, constitue un excellent outil pour permettre aux gens de tenir des réunions ou vivre ensemble un événement à partir de lieux différents. Nous avions déjà écrit un livre il y a cinq ans sur cette solution, qui s’avère selon nous beaucoup plus efficiente et plus durable. Mais à l’époque, le message n'était pas passé partout. Naturellement, la crise du corona a permis à ce concept de toucher un public beaucoup plus large.

PFL Academy

L'équipe de PFL est dès lors passée sans problème des événements physiques aux événements virtuels/hybrides. "Nous n'avions pas de gros camions de matériel qui sortaient, mais bien des techniciens avec des ordinateurs portables, des antennes 4G et du matériel de back-up. Nous avons également investi dans le capital humain. Via notre propre PFL Academy, nous avons perfectionné et formé nos collaborateurs afin qu'ils soient prêts à relever ce nouveau défi virtuel/hybride, qui ne constituait pas encore un terrain de jeu familier pour tous."

Propre site événementiel

L'an dernier, PFL Group a également repris le site événementiel WIMEC à Turnhout. "Tout le monde pensait que nous étions fous de reprendre un site déficitaire, qui plus est dans une telle période. Mais en fait, cela faisait déjà un petit temps que nous cherchions à posséder notre propre site événementiel pour y accueillir nos clients corporate. Nous y avons immédiatement aménagé trois studios virtuels, qui ont directement connu un succès incroyable. Les studios affichent en effet déjà complet jusqu'à la fin de l'année. D'abord avec des événements virtuels, mais une série d’événements hybrides y sont également déjà prévus dès la fin de l'été."

Des studios dans tout le pays

Le succès du WIMEC a été le signal pour étendre cette recette ailleurs. "Nous avons également aménagé de nouveaux studios à Bruxelles, à Anvers et dans le Limbourg, de telle sorte que nous disposons désormais d’un total de 13 studios. Nous sommes donc ainsi présents dans tout le pays et toujours à proximité de nos clients. De plus, en raison de la tendance aux réunions en ligne, nos clients ont également investi dans leurs propres infrastructures. Nous avons ainsi pu, pour de nombreuses entreprises, aménager et/ou améliorer leurs salles de réunion et boardrooms avec des systèmes en ligne. Et ces derniers mois, nous avons également mis en place de nouvelles installations dans des centres culturels, des salles polyvalentes et même des stades de football."

« Nous avons élaboré un plan en cinq ans pour devenir le fournisseur événementiel le plus durable d'Europe. »

Zoom sur la durabilité

Dominic De Gruyter et PFL croient énormément en l’avenir avec des événements plus efficients et surtout plus durables. "Avant l'apparition de la pandémie, nous nous étions vu confier l’organisation d’un gros événement pour une multinationale, qui devait normalement avoir lieu à Taïwan. Nous avons alors convaincu celle-ci de travailler avec le concept Multihub. Les participants n'ont ainsi pas dû se déplacer jusqu'à Taïwan, mais se sont réunis avec 40 à 80 personnes dans un site événementiel dans leur propre région. En tout, nous avons connecté 18 hubs. Les résultats ont été étonnants. L'événement a pu compter sur 800 participants au lieu de 500, et a permis d’économiser pas moins de 400.000 euros en frais de voyage et d'hôtel, soit l'équivalent de 107 tonnes d'émissions de CO2 en moins."

Développement à l’international

Mais les ambitions de PFL vont encore plus loin. "Dans la situation décrite ci-avant, nos techniciens devaient cependant encore et toujours prendre l'avion pour se rendre dans les différents hubs. C'est pourquoi nous voulons aller plus loin et avons l’ambition de posséder notre propre antenne dans chaque grande ville de congrès. Le premier pas dans cette direction a été la création de PFL-iberia à Barcelone, une filiale qui est en train de démarrer. Les grandes conférences sont pour l’instant encore orchestrées depuis la Belgique, mais nous commençons à y travailler de plus en plus souvent pour des entreprises locales. C'est formidable de voir cette croissance. Entre-temps, nous sommes également en négociation pour faire de même à Milan, Londres, Amsterdam et Riga. Nous avons élaboré un plan en cinq ans pour devenir le fournisseur événementiel le plus durable d'Europe. En tout cas, c'est un très bel objectif sur lequel travailler."

"Reconnaissant pour mon équipe"

L'extension du complexe de PFL bat actuellement son plein à Beerse. "Nous y construisons un studio de télévision permanent, des salles de montage supplémentaires, une salle de réunion high-tech mais aussi un espace d'entreposage supplémentaire. Nous sommes très heureux d'avoir continué de grandir et d’investir, même au cours de cette année inhabituelle. Au final, notre chiffre d’affaires n’a même pas baissé par rapport à 2019. Une belle performance. Je suis peut-être celui qui tient la barre, mais je ne serais rien sans mes collaborateurs. Nous avons une équipe incroyablement chouette et motivée, qui se coupe en quatre pour fournir de la qualité et décharger les clients. Je leur en suis très reconnaissant et je prévois – dès que cela sera à nouveau autorisé – au minimum une petite fête pour les remercier!", conclut Dominic De Gruyter.

Plus de PFL :

PFL