Audiovisuel

Feb 27, 2024, 23:21
15 ans de MoJuice : “Continuer à innover et à proposer de chouettes concepts”

15 ans de MoJuice : “Continuer à innover et à proposer de chouettes concepts”

17 novembre 2023

La maison de production cross-média MoJuice fête cette année son 15ème anniversaire. En une décennie et demie, l'entreprise basée à Louvain est devenue la référence dans le domaine de la vidéo, des activations numériques, du streaming live et bien plus encore. En compagnie de Stefan Uytterhoeven, nous revenons sur l’évolution de MoJuice, et nous abordons les principaux enjeux pour l’avenir proche.

MoJuice est une création conjointe de Stefan Uytterhoeven et Geert Geuten. “Geert et moi, nous nous sommes connus à travers la musique. Pendant notre jeunesse, nous avons toujours fait de la musique. Geert en tant que musicien, moi en tant que DJ. Après nos études à Louvain, nous nous sommes retrouvés via ce qui s’appelait alors le Poppunt. À l’époque, je travaillais dans une agence événementielle et Geert dans une agence de publicité. Il travaillait beaucoup avec les nouveaux médias, un domaine auquel je me suis aussi toujours beaucoup intéressé. C’est ainsi qu’est née l’idée de nous associer.”

Excellent départ

Le premier projet de MoJuice a été un événement de networking avec un élément numérique original. “Nous avons mis en place une sorte de MySpace où tous les participants pouvaient indiquer leurs intérêts et leurs préférences. Sur base de leur profil, ils étaient alors répartis en groupe – en fonction du sujet – afin de nouer des contacts. Pour parler de sport, par exemple, les amateurs de football étaient dirigés vers la bulle rouge, les fans de cyclisme vers la bulle jaune, etc. La composition changeait donc en fonction des sujets. Un événement réussi, avec une programmation plutôt avant-gardiste pour l’époque.”

Pourtant, au départ, MoJuice était essentiellement centré sur l'image et l'animation. “C’est en effet ce type de projets qui ont marqué nos débuts. Durant les premières années, nous avons surtout réalisé des productions vidéo : vidéos d'entreprise, publicités ou encore animation d'images. Mais en définitive, nous sommes rapidement passé aux animations sur grand écran : projections et mappings sur écrans géants mais aussi sur des bâtiments, par exemple. Ces productions vidéo ont été notre porte d’entrée dans le monde de la publicité et nous avons commencé à réaliser des spots télévisés.”

Formats hors du commun

MoJuice s’est toujours efforcé d’apporter un touche unique à chaque projet. “À la demande de la banque Dexia, nous avons par exemple développé les "Axion Banner Concerts" : des vidéos de 30 secondes mettant en scène des musiciens, assis, debout ou allongés dans une "boîte". Ces boîtes avaient les proportions exactes de formats média en ligne (bannière, skyscraper…). Ce qui donnait des formats publicitaires en ligne accrocheurs, utilisés comme une scène. Nous avons toujours essayé d'imaginer des formats spéciaux, hors du commun. Cela nous a permis de nous faire connaître dans le secteur de la publicité. Comme avec les projections grand format dans le monde de l’événementiel. Nous avons commencé à faire plus de spectacles, et une composante importante de storytelling est venue d’ajouter.”

L’entreprise était aussi de plus en plus sollicitée pour des activations. “Nous travaillons notamment sur divers festivals pour plusieurs grandes marques. Avec à la clé des productions sur les réseaux sociaux. Nous avons été parmi les premiers à créer du contenu interactif sur Facebook, immergeant le public dans une histoire plus vaste. Le fil conducteur a toujours été l’image, mêlée à la technologie. Aujourd'hui, cela a évolué vers les jeux, la réalité augmentée, la réalité virtuelle et les solutions d'affichage numérique. Et aussi l’IA, bien sûr. Nous avons intégré des outils d’IA dans nos photomatons, nos applications tactiles... Il y a 1001 idées vraiment chouettes à utiliser lors d'événements. Les meilleures, nous les réutilisons, nous les améliorons et nous les intégrons éventuellement dans un projet.”

Pendant la période du coronavirus, MoJuice a su faire la différence avec sa plateforme de streaming Wavely. “Son développement a été rapide parce que nous avions déjà des plateformes pour l'iPad et parce que nous avions notre propre studio. Nous avons donc pu commencer à streamer très rapidement et nous avons tout de suite travaillé dessus au quotidien. Aujourd'hui, nous sommes très actifs dans le domaine du contenu numérique et des applications de signalisation numérique pour les musées. En 15 ans, nous avons grandi, évolué et nous nous sommes diversifiés.”

Des hauts et des bas

MoJuice a également accompli un long chemin en tant qu'entreprise au cours des 15 dernières années. “Nous avons débuté en 2008, une des grandes années de crise. Nous avons pensé que cela allait être problématique. Mais au final, pas du tout. Nous étions actifs dans un nouveau domaine, et il y avait de la demande en suffisance. Malgré les difficultés de la période, nous sommes parvenus à prendre un bon départ. Nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à notre communication, à faire connaître notre histoire au grand public. Grâce à cela, le lancement a été fulgurant. Dans la foulée, nous somme rapidement passé de 3 à 15 collaborateurs. Nous en avons senti le contrecoup au bout de cinq, car nous parvenions très difficilement à gérer une telle structure. Nous avons donc réduit nos effectifs, avant de recommencer à nous développer de manière plus régulière jusqu’en 2019.”

L’éclatement de la crise sanitaire en 2020 a été une année charnière pour MoJuice. “Nous avons dû nous réinventer, tout en réduisant à nouveau temporairement nos effectifs. Puis vint la reprise par le groupe PFL en 2022, dont nous commençons à ressentir les bénéfices. Nous sommes dans des projets plus importants et nous avons finalement structuré la base de l'entreprise, un aspect qui nous a donné du fil à retordre pendant les dix premières années. Notamment à cause de l’énorme diversité de notre offre, parfois difficile à suivre. Mais nous avons finalement trouvé une excellente équipe pour cela. Et maintenant que nous avons une base solide, il est plus facile d’intégrer de nouvelles personnes. Parallèlement à cela, il y a 6 personnes qui  travaillent depuis plus de 10 ans chez MoJuice et c’est une grande fierté pour moi. La moitié de l’entreprise est donc à nos côtés depuis le début.”

Projets remarquables

En 15 ans, il y a bien sûr eu des projets qui ont marqué les esprits à jamais. “Je pense par exemple à la campagne Deviltime, pour laquelle nous avons réalisé un deepfake des anciens entraîneurs de l'équipe nationale Raymond Goethals et Guy Thys. Cette campagne, dont nous sommes très fiers, nous a d’ailleurs valu plusieurs prix. Le grand spectacle de présentation pour BMW, réalisé en collaboration avec Fast Forward, sort du lot, lui aussi. Nous avons réussi à intégrer le lancement de 21 nouvelles voitures dans un spectacle impressionnant qui a captivé l’ensemble du public présent. Je pense aussi à l’animation De Kus à Hasselt, qui symbolisait la connexion entre deux parties de la ville à travers deux têtes de poupée allant à la rencontre l’une de l’autre via un câble de 1 km. Un projet avec énormément de contenu en ligne, permettant de suivre les poupées de manière interactive. Il y a aussi les ‘banner concerts’ dont on parlait tout à l’heure pour Dexia, et plus récemment le contenu que nous avons réalisé pour le musée KMSKA. Ça fait cinq projets qui me viennent en tête, mais il y en a encore tellement d’autres. Vous pouvez retrouver nos plus belles réalisations sur la page www.mojuice.com/timeline.”

Les enjeux de demain

Voilà pour le passé. Mais à quoi ressemble l’avenir pour MoJuice ? “L’enjeu majeur, c’est pour moi la vitesse à laquelle tout va continuer à changer. Aujourd’hui, plus personne ne peut s'imaginer travailler sans internet. Je pense qu’une autre révolution du même genre nous attend, mais d’une autre manière. Et elle sera déjà bien avancée d’ici cinq ans. Là encore, nous aurons du mal à nous rappeler comment on faisait cinq ans auparavant. Continuer à s’adapter pour rester en phase avec l’évolution promet d’être un défi de taille. Par ailleurs, il va nous falloir aussi optimiser notre rôle au sein du groupe PFL. MoJuice n’ambitionne pas de devenir une grosse entreprise, avec beaucoup d’employés. Notre principal objectif est de continuer à innover et à proposer de chouettes concepts.”

Plus de Mojuice :