Associations

Aug 11, 2020, 8:44
Les licenciements tombent dans le secteur événementiel

Les licenciements tombent dans le secteur événementiel

23 juin 2020

Le secteur événementiel commence à suffoquer. Faute de travail et de perspective de relance, 30% des entreprises du secteur ont déjà procédé à des licenciements de personnel. La majorité (60%) des autres entreprises s'attend à devoir faire de même au cours des 3 mois à venir.

C'est ce que révèle la deuxième enquête nationale menée par le centre d'expertise Public Impact public de la Haute Ecole KdG, à l'initiative d'Experience Magazine, de l'Alliance des fédérations belges de l'événementiel, du FmiV, de VISITFlanders et EventFlanders.

Ces licenciements résultent des nombreux événements annulés ou reportés depuis le début de la crise. Des événements grand public, mais aussi des événements d'entreprise. "Un tiers des entreprises du secteur a annulé l'intégralité des événements planifiés cette année (…)," explique Joris Verhulst, chercheur de Public Impact. "Pour la majorité des organisateurs, 2020 devrait être une année blanche."

6,4 milliards de pertes cumulées

L'enquête révèle par ailleurs que les organisateurs d'événements s'attendent à voir leur chiffre d'affaires annuel chuter de 68% (!) par rapport à 2019. C'est bien plus que ce qu'ils estimaient à la fin du mois de mars (52% de perte sur base annuelle). Du côté des fournisseurs (traiteurs, décorateurs, sociétés audiovisuelles, etc.), l'année s'assombrit encore, comme si ce n'était déjà pas assez. Alors qu'ils estimaient leurs pertes à 55% au mois de mars, ils ont à présent revu leur copie, estimant les dégâts à 71% de perte par rapport à l'exercice 2019. Consolidés, ces manques à gagner totalisent 6,4 milliards de chiffres d'affaires pour l'exercice 2020. 1,7 milliard pour les organisateurs et 4,7 milliards pour les fournisseurs…

Christine Merckx, chercheuse à Public Impact elle aussi, constate les dégâts: "Les chiffres montrent un secteur fortement touché par le coronavirus," explique-t-elle. Seule consolation, "le secteur fait bon usage des mesures de soutien du gouvernement," qui ont stabilisé les chances de survie d'un certain nombre d'entreprises du secteur.

C'est bien sûr une maigre consolation. Les pertes mises à jour par ce récent sondage sont abyssales pour le secteur, qui attend désespérément une date de reprise de la part des pouvoirs publics. Pour rappel, les pouvoirs publics ont certes écouté la filière événementielle, ses appels et ses initiatives de relance, mais en tardant à annoncer une date de reprise, ils contribuent à mettre en péril une multitude de structures. Et en particulier celle des événements d'entreprise, méconnue, qui joue pourtant un rôle important dans l'économie du pays.

Crédits photos: iStock / Centre d'Expertise Public Impact/KdG

Plus de ACC Belgium Febelux BESA Becas :