Associations

Jan 26, 2021, 18:10
L’Alliance réagit positivement après les décisions du Conseil de sécurité

L’Alliance réagit positivement après les décisions du Conseil de sécurité

24 septembre 2020

Hier, le Conseil national de sécurité a annoncé quelques prudents assouplissements. Le plus notable est l’élargissement des possibilités pour les fêtes organisées par des professionnels. Malgré cette évolution positive, le secteur continue de réclamer un soutien financier.

Le secteur est satisfait de l’ouverture contrôlée de la vie publique. Après six mois totalement à l’arrêt, les entreprises du marché des ‘fêtes privées’ (communions - mariages - anniversaires) voient enfin arriver une première bouée de sauvetage.

Ces fêtes privées peuvent se tenir moyennant l’observation stricte du protocole Horeca et à condition d’être organisées par un professionnel. Le secteur remercie le Conseil national de sécurité pour la confiance manifestée à l’égard des professionnels du secteur événementiel. “C’est à nous de faire honneur à cette confiance et nous appelons chacun à respecter scrupuleusement le protocole.”

La réglementation en place pour tous les autres types d’événements reste fixée à 200 personnes en intérieur et 400 personnes en extérieur. Des exceptions restent possibles au niveau local, à condition d'obtenir une autorisation via les bourgmestres et le modèle CERM. “Nous encourageons les bourgmestres à des échanges constructifs avec les responsables et les organisateurs. Les événements sont importants pour le bien-être social et la cohésion sociale.”

Pour les salons - qui sont autorisés depuis le 1er septembre - la règle d'un visiteur par 10 mètres carrés reste d’application. “Nous continuons d'insister sur la confiance en nos organisateurs professionnels et une augmentation maîtrisée des capacités en fonction des sites. Nous pensons qu’il faut privilégier la voie de la stabilité et de la prévisibilité. C'est vital pour notre secteur. Cependant, la reprise n’est pas encore acquise.”

Un soutien financier reste une nécessité absolue. Pour cela, les contraintes sont encore trop élevées, des contraintes qui se justifient dans le cadre actuel. “Nous restons disponibles pour une concertation constructive et structurelle avec les experts des cabinets. Pour terminer, nous appelons également au strict respect des six règles d'or.”

Plus de ACC Belgium Febelux Becas BESA :